logo kidioui Kidioui comparateur d'offres automobiles

Baromètre Kidioui.fr du mois de Septembre 2020 :
Rentrée équilibrée pour le marché automobile

Kidioui vous livre l'analyse du mois de Septembre 2020, les chiffres et les tendances.

Jeudi 1er octobre 2020
Baromètre automobile de Kidioui.fr
Sep 2020
Valeur Variation
Prix moyen 22 501 € -1,9 %
Remise moyenne 24,09 % +1,7 %
CO2 moyen 119 g/km +0 %

Après plusieurs mois dans le rouge et un été explosif, le marché automobile se rééquilibre en cette rentrée 2020. Le prix moyen payé revient à plus de 22 000 euros et se rapproche de sa valeur de 2019. Tandis que la remise moyenne obtenue tourne autour de son seuil pré-crise sanitaire. Côté carburant, le diesel qui connaît pourtant ses dernières heures jouit d'un sursaut de popularité auprès des acheteurs.

Retour au-delà des 22 000 €

Le budget auto des Français était passé sous la barre des 22 000 € en avril dernier, alors que la crise sanitaire battait son plein. C'est finalement cinq mois plus tard qu'il refranchit ce niveau. En septembre, les acheteurs ont en effet depensé 22 501 euros en moyenne pour leur voiture neuve, ce qui est par ailleurs assez proche de la somme payée il y a un an (-1.9 %). Ce rééquilibrage progressif va de pair avec des ventes qui se stabilisent : le CCFA a compté 210 279 immatriculations de véhicules légers en septembre 2020, soit +0,4% par rapport à septembre 2019.

Prix moyen des offres plébiscitées par les acheteurs

On note un écart important entre le prix moyen payé pour un véhicule neuf essence (20 197 €) et un véhicule neuf à énergie hybride ou électrique (26 572 €). Chez les occasions récentes, la somme déboursée en moyenne s'avère plus volatile : à 16 643 euros, elle est en hausse par rapport à l'année dernière (+2.4%) mais en baisse vis-à-vis du mois d'août. 

Niveau pré-crise pour la remise

La remise moyenne obtenue par les acheteurs, quant à elle, retrouve son rythme habituel. Après avoir connu une forte augmentation pendant l'été, elle oscille dorénavant autour de son niveau pré-crise sanitaire. En septembre, on l'enregistre à 24.01% de moyenne ce qui est même davantage qu'il y a un an (+1.7%). Ainsi, malgré la fin des remises "spéciale déconfinement" et de la prime à la conversion exceptionnelle, les bonnes affaires se poursuivent.

Remise moyenne des offres plébiscitées par les acheteurs

Précisons toutefois que les véhicules diesel tirent nettement la moyenne vers le haut, avec une remise moyenne obtenue de 26.80%, contre 22% en essence et 18.60% en énergies alternatives. Par catégorie, hors utilitaire, la palme du "meilleur deal" revient à la carrosserie berline (-29.90% en moyenne) et, par constructeur, aux modèles Renault (-33.43% en moyenne).

Top 10 : Peugeot inarrêtable 

Le top 10 des modèles du mois de septembre illustre bien le coup de coeur qu'ont actuellement les Français pour la gamme Peugeot. On trouve en effet quatre modèles de cette famille - dont trois SUV - dans les cinq premiers du classement : 2008, 3008, 208 et 5008. À l'inverse, le concurrent Renault fait moins bien et apparaît comme moins séduisant auprès des acheteurs. L'opposition Clio/208 met cela en évidence avec la citadine au losange qui recule à la 10ème place face à la citadine au lion se maintenant au pied du podium.

Renault apparaît néanmoins plus performant chez les occasions récentes, avec des Clio et Captur qui fonctionnent davantage sur ce marché. Les modèles se classent ainsi 3ème et 5ème dans le top VO. La petite Citroën C3 (6ème) connaît également une belle carrière en première main.

Le dernier souffle du diesel ?

Écarté par les gouvernements depuis l'affaire Volkswagen et abandonné par les constructeurs pour respecter les nouvelles normes environnementales, le diesel voit sa part de marché faibilir mois après mois. Paradoxalement, en septembre, elle effectue un joli rebond en atteignant 47.84% et passe même temporairement devant celle de l'essence (45.67%). Ce n'est pas la première fois et probablement pas la dernière. D'une part, si l'image du diesel est mauvaise, son efficience est intacte : la consommation et le prix à la pompe restent inférieurs à ceux de l'essence. Un fait concret et essentiel pour les gros rouleurs ou ceux qui n'habitent pas en ville.

Part des énergies dans les offres plébiscitées par les acheteurs

D'autre part, les annonces de fin septembre à propos des futurs malus n'incitent pas à changer ses habitudes : le seuil de déclenchement va rester calculé sur le taux de CO2 et baisser à 131 g/km (2021) puis 123 g/km (2022) selon la norme WLTP. Or, on sait que cette mesure est souvent en faveur des véhicules diesel...

Le baromètre Kidioui.fr a été établi à partir des données récoltées lors des centaines de milliers de requêtes trimestrielles des internautes en recherche de véhicule neuf et des données fournies dans les 30 000 offres de nos vendeurs partenaires, mises à jour quotidiennement.