logo kidioui Kidioui comparateur d'offres automobiles

Baromètre Kidioui.fr du mois de Mai 2021 :
Un marché auto toujours hésitant

Kidioui vous livre l'analyse du mois de Mai 2021, les chiffres et les tendances.

Mardi 1er juin 2021
Baromètre automobile de Kidioui.fr
Mai 2021
Valeur Variation
Prix moyen 25 622 € +18,7 %
Remise moyenne 22,37 % -19,8 %
CO2 moyen 127 g/km +6,7 %

Comme en avril, le marché automobile ne retrouve pas toutes ses couleurs. Si le nombre d'immatriculations et les indicateurs paraissent encourageants, ils sont à relativiser puisque calculés en comparaison d'un mois de mai 2020 particulièrement sinistré (premier confinement). Les acheteurs hésitent encore à reprendre leur projet auto. Néanmoins, ceux qui le font souhaitent se faire plaisir.
 

Faux indicateurs, vraie méforme

C'était déjà le cas en avril, rebelote en mai : le prix d'achat moyen pour une voiture neuve est en nette augmentation par rapport à l'année dernière. Il atteint 25 622 euros, soit un bond de 18.7 %. Idem pour les ventes de véhicules légers qui progressent de 42.7 % pour atteindre 176 909 immatriculations (CCFA). Cependant, cette hausse ne peut pas être interprétée comme un retour en bonne forme du marché auto car elle est obtenue en comparaison d'un mois de mai 2020 coupé en deux par le premier confinement. Les concessions étaient fermées la moitié du temps.

Prix moyen des offres plébiscitées par les acheteurs

Il convient donc de prendre ces indicateurs avec des pincettes. Si on les oppose aux chiffres de mai 2019, ils indiquent d'ailleurs que le marché auto reste 27 % en dessous de son niveau habituel. Ce qui explique aussi ce budget moyen en augmentation : parmi les Français qui reprennent leur projet auto, la proportion des ceux souhaitant se faire plaisir est plus elevée qu'à l'accoutumée. On rattrape le temps perdu, en regardant parfois moins à la dépense. Bref, on recherche plus la satisfaction que le petit prix.

Un besoin de se faire plaisir ?

La remise obtenue sur une voiture neuve subit elle aussi l'état du marché et la comparaison faussée avec une période très délicate. On la voit ainsi atteindre 22.37 % de moyenne, en forte baisse de 19.8 %. Il faut dire qu'en mai 2020 les remises ont explosé pour accompagner le déconfinement et la réouverture des magasins. On obtenait alors 27.88 % de rabais en moyenne, un record absolu.

Remise moyenne des offres plébiscitées par les acheteurs

Seulement voilà, comme dit plus haut, le marché de mai 2021 se trouve non seulement au ralenti mais en plus ce sont moins les bonnes affaires et davantage les achats "plaisir" qui prennent le dessus. Ce qui peut expliquer pourquoi les réductions négociées par les Français sont en baisse, même par rapport au niveau pré-crise. Reste à savoir quand le marché reviendra à la normale. Première étape : les limites d'accueil dans les showrooms levées au 30 juin.

Top 10 : petit coup de frein pour Peugeot

Longtemps dominé par le duo Peugeot 2008/3008, le top 10 des internautes a été bousculé en mai. Si le Dacia Duster reste très apprécié, les SUV au lion reculent en 7ème et 9ème position. Seul le grand-frère 5008 reste solide sur la troisième marche du podium. Cela profite aux Citroën C3 et Renault Clio qui reviennent dans le haut du classement.

On remarque également la présence de deux constructeurs étrangers dans le top 10, Volkswagen et Hyundai, alors qu'il est habituellement trusté par les constructeurs français. Preuve que la baisse de l'activité diversifie les ventes.

La crise qui profite au diesel ?

Comme chaque mois, les véhicules hybrides et électriques confirment leur statut d'outsider. Leur part se situe à 14.67 % en mai, 10.7 points au dessus de celle de l'année dernière. Mais ce qui attire encore plus le regard ce mois-ci, c'est la constance dans la part du diesel qui ne faiblit plus. On l'enregistre ainsi à 44.85 % contre 40.48 % pour l'essence. La crise sanitaire profite-t-elle aux ventes de véhicules diesel ?

 

Part des énergies dans les offres plébiscitées par les acheteurs

Difficile de répondre à cette question et il faudra probablement quelques années avant de pouvoir tirer des conclusions de cette période. Toutefois, on ne peut nier le fait que les voitures diesel résistent et trouvent encore preneurs chez les acheteurs français. C'est notamment vrai pour les carrosseries familiales " traditionnelles" que sont les berlines (56.25 % de parts en mai) et les monospaces (61.25 %). En essence ou électrique, elles peinent bien plus à convaincre que les SUV...

Le baromètre Kidioui.fr a été établi à partir des données récoltées lors des centaines de milliers de requêtes trimestrielles des internautes en recherche de véhicule neuf et des données fournies dans les 30 000 offres de nos vendeurs partenaires, mises à jour quotidiennement.