logo kidioui Kidioui comparateur d'offres automobiles
À propos

Voiture-volée.com : le buzz auto de l'année

Voiture-volée.com en chiffres

Buzzé en janvier 2011 60 000 visiteurs sur le site 3 000 demandes de parrainage 5 000 partages sur Facebook 1 300 mentions sur Twitter 120 parutions presse en France et dans le monde entier


Kidioui crée le buzz avec le site www.voiture-volée.com

Achetez moins cher, achetez volé : un slogan osé

Page principale de voiture-volee.comPage principale de voiture-volee.com

Au début de l’année 2011, le web français et international a été frappé de plein fouet par un véritable ovni : « www.voiture-volée.com ». Le principe était très simple : un site de mise en relation entre acheteurs et vendeurs de voitures…sauf qu’elles étaient toutes volées ! Pendant plusieurs semaines, cette plateforme aussi ingénieuse que scandaleuse a cultivé le doute dans l’esprit des internautes du monde entier. Vrai ou faux ? Info ou intox ? Biz ou Buzz ? Impossible de connaître la vérité avant qu’elle ne soit révélée officiellement : il s’agissait d’un coup de génie signé Kidioui.fr, vrai comparateur de prix automobile…

Cette aventure folle a tout d’abord commencé par un slogan osé. Affiché sans complexe en première page de voiture-volée.com, la phrase « Achetez moins cher, achetez volé » mettait chaque visiteur dans l’ambiance dès le premier clic. De la même manière que l’encart « À savoir » précisant que le vol, la revente ou l’achat d’objet volé était, bien entendu, interdit !

Annonces de voiture-volee.comAnnonces de voiture-volee.com

Le principal argument de vente du site continuait sur le même niveau de folie : « votre voiture 50% en dessous de l’Argus ». C’est sans équivalent sur le marché automobile. Des exemples d’annonces situés juste en dessous, avec photos et prix à l’appui, rendaient tout cela plus concret. On pouvait par exemple y trouver une séduisante Peugeot RCZ vendue 10 000 euros au lieu de 30 000 euros à l’Argus… De quoi avoir le tournis !

Ces offres étaient si alléchantes que pour y accéder, il fallait faire partie d’un cercle de confiance très fermé. L’entrée, tel un mot de passe devant une porte gardée, nécessitait un parrainage obligatoire par trois membres préexistants. Ce mode de fonctionnement privé et exclusif accentuait le mystère, tout en renforçant la crédibilité du site d’un point de vue sécurité : impossible de se faire dénoncer par quelqu’un qui profite déjà du service !

Parrainage de voiture-volee.comParrainage de voiture-volee.com

Devant une machine si bien huilée, comment dénicher le vrai du faux ? Pour un visiteur, il était en effet très difficile de remettre en cause voiture-volée.com car tous les éléments du site avaient été pensés comme dans la réalité : un login pour accéder à son espace personnel, un compteur actif de membres connectés, des pages explicatives sur la marche à suivre, des conditions générales d’utilisation et même une foire au questions ! Ainsi, malgré le côté complètement fou du concept, un tel emballage donnait à voiture-volée.com l’apparence d’une plateforme de rachat de voiture totalement sérieuse.

Une participation massive et inattendue

En raison de la nature du site et des tarifs affichés défiant toute concurrence, il fallait s’attendre à de nombreuses visites et une certaine participation. Mais par rapport à ce qui était prévu, l’audience fut tout simplement exceptionnelle ! Dans les semaines qui suivirent le lancement de voiture-volée.com, pas moins de 60 000 personnes se sont rendues sur le site pour y jeter un œil et découvrir de quoi tout le monde parlait. Le buzz s’est également propagé à grande vitesse de manière virale. Des centaines de post ont été publiés sur les forums et des milliers de partages ont animé les réseaux sociaux, Facebook comme Twitter.

Facebook de voiture-volee.comFacebook de voiture-volee.com

Chaque réaction s’orientait alors principalement sur deux thèmes : la légalité du site et… l’obtention d’un parrainage ! Si bien que 3 000 demandes de parrains ont été enregistrées durant toute la durée du buzz. Parmi elles, des automobilistes voulant réaliser une bonne affaire et d’autres ayant pour ambition d’intégrer ou d’infiltrer ce cercle très fermé de membres. Impossible de le savoir. Toujours est-il que les précieux emails de parrains ont acquis une grande valeur en très peu de temps, jusqu’à être inventés de toutes pièces par certaines personnes.

Encore aujourd’hui, des messages sont régulièrement publiés sur la page Facebook de voiture-volée.com, qui avait rapidement su créer une communauté. Pour l’anecdote, même après la révélation du buzz, la page est encore jugée véridique par certains et elle reçoit des appels à l’aide à propos de voitures vraiment volées…!

La France et l’international tenu en haleine

Si les internautes ont été nombreux à réagir et à participer, la reprise dans les médias fut tout aussi démesurée. Même en dehors des frontières de l’Hexagone, dans toute l’Europe, l’écho du site fut retentissant. Plus d’une centaine d’articles de presse ont ainsi été consacrés au phénomène voiture-volée.com.

Reprise presse de voiture-volee.comReprise presse de voiture-volee.com

Commenté, analysé, parfois salué ou critiqué, le concept de voiture-volée à fait le tour des rédactions. Que cela soit celles des quotidiens nationaux comme Le Monde et Métro, des sites d’informations en ligne tels que Yahoo ou encore des sites spécialisés dans les voitures d’occasion et neuves parmi lesquels Caradisiac et Carscoop.

Cette forte exposition aurait d’ailleurs pu compromettre la durée de vie du buzz. Il est d’ailleurs impensable qu’aucune fuite ou découverte ne se soit produite à l’époque avec tous les journalistes penchés sur le sujet. Pire, une enquête aurait même été ouverte par Interpol, l’organisation internationale de police, afin de déterminer la nature criminelle ou non du site. Toutefois, malgré toutes les tentatives, il fut impossible à l’époque de connaître la vérité. Certains criaient au fake, d’autres évoquaient la dernière idée d’un illuminé. Peu importe, tout le monde a dû patienter jusqu’au dénouement final pour en avoir le cœur net. Chez Kidioui, on est fort pour garder les secrets !

Des détails qui font mouche

Best-of de voiture-volee.comBest-of de voiture-volee.com

Si ce buzz a pu avoir un si gros retentissement, c’est aussi par sa construction soignée et sa mise en place minutieuse. Tout a été finement préparé pour créer l’illusion d’un véritable site. Cela est notamment passé par la rédaction amusante de « fausses » annonces, contenant des descriptions de voitures imaginaires rédigées spécialement pour l’occasion. Parmi celles-ci, on pouvait trouver quelques perles dans les commentaires des « faux » vendeurs :

  • « voiture ayant apparemment peu servi »
  • « sors à peine du garage, pas eu le temps de l’user »
  • « fermeture difficile à voler »
  • « très bien entretenu et soigné par le propriétaire »
  • « il n’y a aucun signe de dommage antérieur »
  • « essai routier dans le domaine du possible, sous conditions »

Hormis ces traits d’humour, ces annonces étaient surtout pensées pour paraître authentiques. Ainsi, elles contenaient des photos et des informations totalement inventées mais que seul quelqu’un en possession du véhicule pouvait avoir. Cela passe par l’année, le kilométrage, les équipements ainsi que des éventuelles remarques sur l’état. De plus, afin de respecter un certain « réalisme » des sites de petites annonces, les textes ont été écrits dans un vocabulaire familier et ils comprenaient volontairement des fautes d’orthographes. Que d’imagination !

FAQ de voiture-volee.comFAQ de voiture-volee.com

La foire aux questions fut également un élément fort du site. Organisée comme les véritables FAQ des sites de mandataires automobiles, elle abordait des thématiques classiques telles que la sécurité et le paiement. Mais elle contenait aussi certains passages amoraux qui ont nettement participé à l’entretien du buzz. On pouvait par exemple y lire, sans aucun scrupule, que la vente de voiture volée devenait légale au bout de trois ans sans réclamation du propriétaire. Mais aussi que ce marché était désorganisé et que de nombreux voleurs avaient besoin d’aide pour trouver des acquéreurs !

Enfin, dernier élément qui a joué un rôle dans la crédibilité et la durabilité du buzz : l’hébergement du site au Panama. Ce pays, situé en Amérique Centrale, se trouve à des milliers de kilomètres de la France. Non seulement une vraie IP locale a été utilisée mais un alias a également été emprunté spécialement pour l’occasion. En apparence, cela permettait d’indiquer que les informations personnelles étaient protégées car hébergées dans ce pays disposant d’une législation particulière. Mais en réalité, cela a surtout servi de couverture à Kidioui afin d’être difficilement traçable d’un point de vue informatique. Une précaution quasiment indispensable dans l’optique de maintenir le suspense le plus longtemps possible, surtout lorsqu’on sait que des agents d’Interpol ont été mobilisés…

Rassurez-vous, la police n’est plus à nos trousses aujourd’hui ;)

Foire aux questions