logo kidioui Kidioui comparateur d'offres automobiles

Baromètre Kidioui.fr du mois de Février 2017 :
Une période calme avant le salon de Genève

Kidioui vous livre l'analyse du mois de Février 2017, les chiffres et les tendances.

Mercredi 1er mars 2017
Baromètre automobile de Kidioui.fr
Fev 2017
Valeur Variation
Prix moyen 22 714 € +5,8 %
Remise moyenne 22,72 % -2,3 %
CO2 moyen 119 g/km +1,7 %

À quelques détails près, le mois de février 2017 rend la même copie que celui de janvier : le prix et la remise continuent de diminuer, cela fait trois mois dorénavant, et la part du diesel reste à son plus bas. C'est aussi calme du côté du nombre de ventes (-1,7% par rapport à février 2016). Comme si le marché auto s'arrêtait quelques instants pour reprendre des forces avant salon de Genève en mars.

 

Trois mois consécutifs de baisse pour le prix moyen

Au mois dernier, on a payé sa voiture neuve 22 714 euros en moyenne. C'est une somme plus élevée de 1 251 euros (+5,8%) par rapport à février 2016. Elle continue d'appuyer le fait que les acheteurs ont augmenté leur budget auto vis à vis des années précédentes. En revanche, sur une échelle de temps plus courte, ce prix moyen diminue. Il a en effet perdu 851 euros depuis le mois de novembre, juste après le Mondial de l'Automobile. La période d'accalmie observée en janvier se confirme donc sur ce mois en février. Cela est soutenu par le nombre d'immatriculations : il est en recul de 1,7% par rapport à la même période il y a an d'après le Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA).

Prix moyen des offres plébiscitées par les acheteurs

En ce qui concerne les véhicules d'occasion, le budget moyen alloué par les acheteurs est également en augmentation sur un an : 18 117 euros contre 17 021 euros (+6,4%). Une somme conséquente notamment tirée vers le haut par l'attrait croissant des automobilistes pour les premières mains récentes d'un ou deux ans maximum, avec peu de kilomètres au compteur. L'arrivée de modèles populaires sur le marché de l'occasion comme le Peugeot 3008 II et le Renault Scénic IV contribue également à cette augmentation du prix moyen.

Retour de la remise à son niveau médian

Du côté de la remise, le bilan est similaire. La période est plutôt calme en comparaison des mois qui ont suivi le salon parisien. En février, elle a été enregistrée à 22,72%, soit 1 point de moins qu'en décembre où on obtenait 23,79 % de remise en moyenne sur sa voiture neuve. Il y a moins d'acheteurs, les rabais sur les nouveaux modèles lancés en fin d'année se stabilisent et les anciennes générations déstockées au-delà des 30% voient leur stock s'épuiser. On retrouve donc une remise autour de sa valeur médiane annuelle (22,75% en 2016).

Remise moyenne des offres plébiscitées par les acheteurs

Le mois prochain, le Geneva International Motor Show (GIMS) ouvre ses portes. On peut s'interroger de l'impact qu'il aura sur le marché. Va-t-on assister à la même chose que lors du Mondial, soit une forte hausse du prix et de la remise ? C'est moins évident car le nombre de nouveaux modèles lancés en Suisse est inférieur, surtout chez les constructeurs français où on ne devrait voir que des concepts et le Captur restylé.

Top 10 des internautes : 1 modèle sur 2 signé PSA

Le mois dernier, et comme de nombreux mois depuis quelques temps, ce sont les SUV et crossovers qui ont mené les débats dans le choix des acheteurs. Ils occupent les quatre premières places du top 10 des internautes, avec le 3008 en leader depuis cinq mois. Son dauphin est cette fois-ci son petit frère 2008, ce qui permet à Peugeot d'occuper deux des trois marches du podium. Le Volkswagen Tiguan est stable en 3ème et le Dacia Duster est relegué en 4ème.

En 5ème et 6ème positions, les Renault Mégane et Peugeot 308 confirment leur hausse de popularité depuis le début de l'année. Elles montrent que les berlines ont encore leur mot à dire dans un royaume où les SUV sont rois. Enfin, en queue de classement, Citroën fait son grand retour avec la nouvelle C3 et le C4 Picasso. La première commence à récolter de bonnes remises (jusqu'à -23%) après six mois de commercialisation tandis que le second se montre plus intéressant que jamais (jusqu'à -32% sur la version restylée et -37% sur la non restylée). Ces deux modèles cumulés aux trois Peugeot citées plus haut résultent en la présence de 5 véhicules PSA dans ce top 10. Cela confirme bien la domination actuelle du groupe sur le marché français.

Chez les véhicules d'occasion, c'est l'inverse avec deux modèles Renault en tête : Clio et Mégane. La Peugeot 208 arrive en 3ème puis, en seconde partie de classement, on trouve des modèles plus huppés, comme la Volkswagen Golf, l'Audi A3 Sportback ou encore la Mercedes Classe A. Moins coûteux après un, deux ou trois ans de décote, ils sont populaires auprès des amateurs de véhicules premiums.

2016 : l'année de la fin pour le diesel ?

Comme en janvier, le carburant enregistre son plus mauvais score depuis le scandale Volkswagen : 56,4% de parts de marché. Il n'y a donc pas d'effet de rebondissement comme on a pu en voir sur 2016 et il connaît son plus mauvais début d'année depuis l'explosion du début des années 2000.

Part des énergies dans les offres plébiscitées par les acheteurs

De l'autre côté, pour l'essence, on remarque évidemment l'inverse : le carburant progresse sur quasiment tous les segments, même ceux où il était encore en difficulté comme les monospaces (+29%) et les breaks (+37%). Chez les SUV et les berlines, on pourrait le voir devenir majoritaire d'ici la fin de l'année, puisqu'il représente déjà 41,4% et 46,6% de parts, respectivement. Même combat chez les VO : le diesel a perdu 10 points (66,4% de parts) par rapport à février 2016, directement récupérés par l'essence (30,2% de parts).

Le baromètre Kidioui.fr a été établi à partir des données récoltées lors des centaines de milliers de requêtes trimestrielles des internautes en recherche de véhicule neuf et des données fournies dans les 30 000 offres de nos vendeurs partenaires, mises à jour quotidiennement.