logo kidioui Kidioui comparateur d'offres automobiles

Baromètre Kidioui.fr au 1er juillet 2015 :
Beaucoup de nouveautés avant l'été, qui influent sur le prix moyen mais aussi sur les remises des modèles existants

Kidioui vous livre l'analyse du 2ème trimestre 2015, les chiffres et les tendances.

Mercredi 1 juillet 2015
Baromètre automobile de Kidioui.fr
2ème trim 2015
Valeur Variation
Prix moyen 21 515 € +4,8 %
Remise moyenne 22,88 % +0,2 %
CO2 moyen 119 g/km -1,7 %

L’année 2015 se poursuit et ne ressemble pas à 2014. Alors que la variation du prix des véhicules était légère depuis plusieurs mois, elle réalise un véritable bond en avant sur ce second trimestre. Pourtant, les remises moyennes ne diminuent que sensiblement et restent globalement stables. Comment expliquer ce phénomène ? Par le grand nombre de nouveaux modèles, peu ou pas remisés, qui ont débarqué en magasin ou à la commande. Les constructeurs profitent de l’arrivée des beaux jours pour lancer une nouvelle génération ou un restylage et cela provoque un effet « boule de neige » : chaque marque qui se lance en entraîne une autre qui réplique.

 

 

 

 

Des prix en hausse...

Sur le second trimestre de l’année 2015, le prix d’achat moyen d’une voiture neuve a atteint 21 515 euros. C’est 4,8% de plus qu’au premier trimestre 2014 où le prix moyen correspondait à 20 532 euros. En moyenne, on achète donc son auto 1 000 euros plus cher par rapport à l’année dernière.

Cela veut-il dire que ce n’est pas le bon moment pour acquérir une auto neuve ? Pas vraiment. Par exemple, si on prend les constructeurs français, ils n’ont pas enregistré d’augmentation spectaculaire sur le prix moyen de leurs modèles. Si Peugeot a progressé de 3,9% (21 125 euros), Citroën et Renault ont chuté respectivement de 4,3% (18 520 euros) et 4,6% (17 299 euros). Paradoxalement, la marque au losange a commercialisé deux nouveaux modèles coûteux sur la période : le nouvel Espace et le Kadjar. Dacia, quant à lui, est resté stable à +1,9% (15 070 euros).

En dehors de l’Hexagone, la donne est différente : 2 constructeurs étrangers sur 3 ont vu augmenter leur prix d’achat moyen. Certains passent symboliquement de l’autre côté de la barrière comme Ford avec 22 029 euros (+19%) et Seat avec 22 358 euros (+14,1%). D’autres s’en écartent davantage comme Honda à 27 424 euros (+20,4%), Audi à 34 803 euros (+10,4%), Volvo à 37 341 euros (+24,8%) et Mercedes à 43 829 euros (+13,8%). Mais la plupart du temps, cela est à mettre sur le compte d’un modèle inédit qui est arrivé au catalogue : Seat Ibiza et Honda Civic restylées, nouveaux Volvo XC90, Audi TT Coupé, Mercedes CLA Shooting Brake…

 

 

...mais des remises stables

De son côté, la remise moyenne est de 22,9%. Elle est stable par rapport au second trimestre 2014 (+0,2%) et légèrement plus faible que celle du premier trimestre 2015 (-0,7%). Cela signifie donc que les nombreuses nouveautés du marché, logiquement peu bradées, entraînent en contrepartie une hausse des remises pour les modèles plus anciens.

Que cela soit pour les marques françaises ou étrangères, le bilan est nuancé avec quasiment autant de baisses et que de hausses des remises moyennes. Peugeot descend à -22,6% (-11,6%) malgré une 208 restylée déjà affichée à -25% tandis que Citroën est stable avec -24,7% (+0,04%). Renault, pour sa part, progresse jusqu’à -31,1% (+4,4%). Il semblerait ainsi que le constructeur au losange parvienne à amortir la sortie de ses nouveaux modèles avec des remises en hausse sur le Captur et atteignant des sommets sur la Mégane et le Scénic.

 

Pour les constructeurs étrangers, la palme de la plus grosse progression revient à Opel, chez qui c’est le moment d’acheter, avec 18,8% de remise moyenne (+39,3%). À l’inverse, BMW recule à -15% (-35,1%), une conséquence probable de l’arrivée chez les vendeurs d’une Série 1 restylée peu remisée.

 

 

Beaucoup de turn-over dans les offres plébiscitées

On voit également l’impact des nombreuses nouveautés commercialisées ces derniers mois sur le classement des offres plébiscitées par les internautes. Par exemple, parmi le top 10 des modèles enregistré au second trimestre 2014, seulement la moitié a survécu un an plus tard. Trois Peugeot sont notamment sorties du classement (3008, 208 et 5008), remplacées par  des Renault Mégane et Grand Scénic hautement remisées ainsi qu’un Audi Q3 fraîchement restylé.

Les Nissan Qashqai et Juke trustent les deux premières places du classement et remportent respectivement le plus de suffrages auprès des hommes et des femmes. On note également la sortie du Hyundai ix35 qui était encore à la position n°6 au trimestre dernier : un signal d’alarme reçu par la firme coréenne qui commence la promotion de son remplaçant, le Tucson.

 

 

L’énergie électrique et l’essence qui progressent

En somme, la seule variable qui suit une tendance identique sur le long terme c’est le taux moyen de CO2 : il ne cesse de baisser depuis 2013 (malgré une légère remontée au trimestre dernier) et renoue avec son seuil le plus bas : 119 g/km au lieu de 121 g/km (-1,7%).  L’augmentation des ventes de véhicules hybrides et électriques (+16,7%), boostée par le super-bonus écologique instauré au 1er avril, n’y est pas innocente. De même que l’arrivée de tous ces nouveaux modèles : ils doivent respecter la norme Euro 6 et batailler pour éviter le malus écologique, une pénalité perçue de plus en plus négativement par les automobilistes. Avec l’entrée en vigueur des nouvelles pastilles de classification, cela ne risque pas de changer.

Pour les véhicules 100% thermiques, la part du diesel diminue à 61,8% (-9,4%) par rapport au second trimestre 2014. Un transfert s’effectue vers l’essence qui récupère des acheteurs et effectue une remontée importante à 35,1% (+20,6%). Ce sont toujours les conséquences du combat contre les particules fines, hautement toxiques et principalement émises par les véhicules diesel. De plus, les nouvelles générations de moteur à essence consomment moins tout en réduisant leurs émissions de CO2. Néanmoins, on ne peut pas prédire un retour à une répartition 50/50 entre les deux carburants car les constructeurs ont récemment dégainé des diesels « propres », à l’image de PSA et Audi avec les technologies « BlueHDi » et « Ultra ».

Le baromètre Kidioui.fr a été établi à partir des données récoltées lors des centaines de milliers de requêtes trimestrielles des internautes en recherche de véhicule neuf, et des données fournies dans les 30 000 offres de nos vendeurs partenaires, mises à jours quotidiennement.